Chronique musique

College – Shangai : comme une petite pépite d’or trouvée par terre…

College – Shangai : comme une petite pépite d’or trouvée par terre…

Petite parenthèse avant de commencer : ce petit filou de David Grellier doit bien se marrer à chacune de ses sorties : va trouver la pochette d’album de son dernier album sur Google Images (tape « College Shangai » et tu verras ce qui ressort) ! Ce petit aparté était-il utile ? Non. Et alors ?

 


Tu commences à nous connaître : ici, à ScreenBreak, on aime bien College, artiste nantais mondialement connu pour son titre A Real Hero (révélé par la B.O. de Drive), mais aussi, plus modestement, pour être celui derrière Valerie Collective, le label ayant lancé Anoraak ou bien encore Minitel Rose (dont on attend toujours des nouvelles…).

Au-delà de ça, Jérémy t’a parlé de son précédent album, sorti en décembre de l’année dernière (c’était il y a déjà 5 mois, tu rends compte ?), "Old Tapes", en février dernier. Un album auquel il avait accroché, sans plus.

Pour ma part, les choses sont quelque peu différentes puisque j’ai grandi (enfin façon de parler) avec lui (College, pas Jérémy, quoique, si on reste dans la façon de parler…). Enfin si on considère que j’ai commencé à grandir à partir de 2008, ce qui n’est finalement pas si loin de la vérité. Tout ça pour dire que le lien qui m’unit au travail du nantais est un peu plus ancré dans le temps que mon rédacteur favori, lui qui ne l’a découvert qu’avec l’album susnommé plus haut.

Mais revenons à "Shangai", mine de rien quatrième album (ou cinquième, selon comment on voit sa discographie) de l’ancien collégien.

 

La marque de fabrique, s’il en est une, de College, c’est bien évidemment la dimension ultra personnelle de ses productions. D’une manière ou d’une autre, il transparait toujours quelque chose d’extrêmement profond dans chacun des titres de David Grellier. Ici, on pourrait se dire que, de par son nom, "Shangai" pourrait être un peu l’exception qui confirme la règle, l’élément un peu loin de sa vie, un peu fantasmé. Bien que je ne le connaisse pas, j’ai envie de dire non. Juste non. Non pas que je sache par quelque obscur moyen que celui-ci est allé en Chine, mais rien qu’à la tracklist, je le sais. "Shangai" est justement (ou pas hein, encore une fois je n’en sais rien) ce qui fait College… College : un fantasme chatoyant, une idée maîtresse, un tripeur retro et nostalgique mais complètement honnête.

Bordel, il suffit de regarder (et je veux dire vraiment regarder) la pochette de l’album pour comprendre que tout se joue ici : la beauté du souvenir et du regard vers l’avenir, la peur et le désir, de créer, de vivre.

 

Évidemment, un album de College peut être un peu dur à aborder, mais s’il y a un vol à prendre pour découvrir son travail, ça sera bien évidemment celui de "Shangai".

Et puis si tu as du mal, jette juste un œil au clip pour Love Peas, et tu comprendras.

 

 


avatar Maxime le 04/05/2017  -  commentaires

commentaires

Commentaire ajouté avec succès